Ministre de l'Intérieur
Conseiller régional de Nouvelle Aquitaine
«Donner toute sa place au Lot-et-Garonne» – Matthias Fekl répond aux questions de La Dépêche du Midi

Quel est l’impact des attentats sur votre campagne électorale ?

Matthias Fekl : Nous avons immédiatement suspendu la campagne. Aux meetings, nous avons préféré des temps d’échanges, au plus près du terrain.

Tout le monde a besoin de se retrouver, de parler de ce que la Nation affronte, et de se concentrer sur l’essentiel.

Les régionales ne sont-elles pas en décalage avec cette actualité dramatique ?

MF : La France a besoin d’unité nationale, donc de débats de bonne foi, tournés vers l’intérêt général. L’unité ne supprime pas la démocratie, et pour les régionales, les projets proposés sont radicalement différents.

L’extrême droite surfe sur les peurs mais ne propose rien. Pensez-vous sérieusement que notre agriculture, tournée vers l’export, a un avenir dans une France recroquevillée sur elle-même ?

Le projet de la droite est 100 % centré sur Bordeaux, alors que l’enjeu est de donner toute sa place au Lot-et-Garonne dans la grande région. Cette approche est désastreuse. Privatiser les services publics (TER, éducation, Poste, santé) va à l’encontre de nos intérêts fondamentaux.

Face à cela, il y a les projets de la gauche autour d’Alain Rousset.

Quelles sont les idées forces, les messages essentiels, que vous adressez aux électeurs ?

MF : L’enjeu, c’est la place du Lot-et-Garonne dans le Grand Sud-Ouest. Nous avons des atouts à valoriser et des difficultés à surmonter. Il faut aller voter. Tout se joue dès le 1er tour et la mobilisation est indispensable.

Notre liste s’engage pour les PME et les services publics : nous avons modernisé les lycées, rénové toutes les gares, et le département a été le premier bénéficiaire des nouvelles rames de TER. Des progrès importants restent à faire sur la ponctualité des trains, nous maintiendrons la pression sur la direction de la SNCF. Il faut poursuivre le travail d’éducation, d’apprentissage et de formation en s’appuyant sur les liens entre l’Éducation nationale et le monde économique.

Je continuerai aussi à m’impliquer personnellement pour nos agriculteurs, nos PME, la culture en milieu rural et le tourisme. La liste d’Alain Rousset que je conduis ici est à l’image du Lot-et-Garonne, dont elle fera entendre la voix et les atouts.

Propos recueillis par Sébastien Bouchereau

Lire l’interview sur le site internet de La Dépêche du Midi

logo
Retrouvez-moi